Les traces d’animaux sauvages sur les chemins

En vous baladant sur les beaux chemins lozériens vous avez sans doute déjà aperçu des traces indiquant le passage d’un animal sauvage. Ces traces sont autant d’indices pour connaître le milieu naturel dans lequel on évolue, mettre en lumière la faune locale et stimuler l’imaginaire !

Un autre monde

Observer les traces des animaux sauvages stimule l’imaginaire. A qui appartient cette empreinte ? Combien étaient-ils ? La discrétion des mammifères se traduit par un rythme de vie principalement nocturne. On peut avoir la chance des les observer à l’aube ou au crépuscule mais la plupart du temps c’est un peu le monde de l’invisible ! Dès lors pour en savoir plus sur ce monde de la nuit, cette vie sauvage intense pendant que l’on dort à poings fermés, on peut s’en référer aux traces…

Des indices à faire parler

Une trace peut être une empreinte, un branchage écorcé, une plume, un coin d’herbe aplani, un reste de repas, des excréments et autres. Ce sont des indices pour découvrir l’identité des habitants des lieux et en savoir plus sur leur mode de vie.

Les couchettes de chevreuil sont par exemple reconnaissables. Celles-ci forment un ovale d’herbe couchée et le sol est parfois gratté. Un tronc écorché peut par exemple indiqué le passage d’un cerf élpahe qui a frotté ses bois !

En Lozère en fonction des différents milieux (en forêt, sur les causses, près des rivières…) vous pourrez notamment observer les empreintes de chevreuils, de cerfs, de sangliers, de renards, de blaireaux, de mouflons, de lièvres, d’écureuils, de loutres ou encore de castors !

Lever le voile sur certains mystères de la nature

Si vous souhaitez affiner vos connaissances sur le sujet, je vous invite à découvrir les planches ci-dessous extraites du livre « Petit atlas des traces et indices d’animaux » (éditions Delachaux et Niestlé) qui nous en disent plus sur des animaux d’ici et d’ailleurs.

Vos sorties en nature vont devenir de vrais jeux de pistes !